Home > Événements > Les Soirées de l'EPS > Soirée de l’EPS n°2 – S’entrainer à la course

Soirée de l’EPS n°2 – S’entrainer à la course

Print Friendly, PDF & Email

Avec Valentin Dablainville

Mercredi 14 octobre 2020 – 18h30/20h

La pratique de la course à pied connaît un véritable essor et se diversifie dans nos sociétés occidentales.
Face aux constats d’une pratique de plus en plus répandue et aux légitimes et multiples questions professionnelles qui se posent, le SNEP FSU a souhaité faire un état des lieux de l’actualité des travaux de recherche en matière d’entraînement en course à pied et interroger la pertinence des contenus proposés et des finalités poursuivies aujourd’hui dans le monde scolaire.
Pour cela, il a décidé de donner la parole à Valentin Dablainville, intervenant en STAPS à Montpellier, qui nous a apporté des savoirs et connaissances issus de ses travaux de recherche en entraînement en course à pied ainsi que son point de vue sur les contenus à privilégier avec les élèves.

Le kiosque

Les soirées de l’EPS se composent toujours d’une thématique centrale avec l’intervention de spécialistes ainsi qu’une séquance appeler Kiosque où nous vous soumettons quelques idées de lecture, podcasts, vidéos qui ont retenus notre attention … Pour le kiosque de cette soirée j’ai choisi de partager avec vous 4 BD sur le sport

Yekini, le roi des arènes

Lisa Lugrin et Clément Xavier, aux éditions FLBLB, 2015

Cette BD est aussi l’histoire d’une rencontre entre deux auteurs et une culture, la lutte sénégalaise. C’est aussi une rencontre avec un champion, un héros des temps modernes. C’est un beau projet qui s’intéresse à la culture, à la place du sport dans la société qui a autant de place dans le pays que le football. La lutte sénégalaise pénètre la vie du pays, et transpire la culture profonde du Sénégal au travers d’animations, de traditions culturelles. Le lutteur peut à la fois donner des coups et recourir au corps à corps pour gagner son adversaire. La BD raconte les combats de lutte de 3 sportifs, leur vie, leur façon de vivre leur sport. Au départ sport amateur, la lutte sénégalaise est devenue un sport professionnel qui attire de plus en plus de jeunes sportifs et de spectateurs. L’intégration de photos fait de cette BD, un livre à la limite du documentaire.

Touchées

Quentin Zuttion, aux éditions Payot graphic, 2020

3 femmes victimes de violences sexuelles s’inscrivent dans un atelier d’escrime thérapeutique. Un programme d’un an pour se reconstruire et reprendre la vie. Le sujet n’est pas simple, au fur et à mesure du déroulé de la BD, le lecteur plonge dans les dures épreuves de vie de ces filles. Écorchées de la vie, elles tentent de se reconstruire non pas en oubliant mais en trouvant la force d’attaquer, toucher la réparation. Le dessin sensible joue entre couleur et noir et blanc pour raconter une histoire épurée de textes.

L’escrime reste en toile de fond et nous n’en serons pas beaucoup sur ce qu’elles font, ce qu’elles y vivent et en quoi ces moments leur ont permis d’engager ce travail sur elle-même.

Saison des roses

Chloé Wary, éditions FLBLB, 2020

Très jeune dessinatrice de 23 ans de l’Ile de France, elle s’inscrit dans un club de football et va partager les entrainements, les matchs, les déplacements d’une équipe de filles. De cette expérience, elle va créer une BD sur l’histoire d’une jeune sportive, une footeuse. Le lecteur va découvrir sa vie, sa famille, sa jeunesse…quand un jour, le club annonce à l’équipe de filles qu’elles ne pourront pas participer aux championnats car ils n’ont pas assez d’argent pour inscrire les garçons et les filles. Les filles ne sont pas prêtes à se laisser faire et vont défier les garçons, le gagnant pourra continuer dans le championnat… Seront-elles entendues ? Une belle BD aux couleurs chaudes et chaleureuses qui participent à donner un bon coup de pied sur les clichés. Pourtant ils ont la peau dure et les filles sportives ont encore du chemin avant d’être considérées comme des sportives et des filles réussies.

Dans les vestiaires

Timothé Le Boucher, aux éditions la boite à bulles, 2020

Cette BD ne peut pas nous laisser indifférent, les professeurs d’EPS. Nous avons tous fréquenté les vestiaires mais pas sûr que nous ayons conscience des humiliations et des violences que peuvent subir les enfants et les jeunes. Un huit clos qui questionne sur cet espace de l’entre deux souvent abandonné pour protéger l’intimité des jeunes mais qui est du coup rattrapé par les comportements de domination et de l’expression de la virilité par le harcèlement des plus faibles. Une superbe BD que notre profession doit saisir à la fois pour ne pas fermer les yeux sur les dérives possibles et pour sensibiliser les élèves. A découvrir et à faire découvrir. Une commande indispensable de tous les CDI.